Comment écrire quand votre cerveau est trop occupé ailleurs ?

La concentration est indispensable à l’écriture. Si on en manque, on peut se faire aider.

Je viens de voir avec intérêt sur Arte le documentaire Hyperconnectés : le cerveau en surcharge. Il montre combien il est devenu difficile de se concentrer sur une tâche plus de quelques minutes. Oui, quelques minutes ! C’est le prix à payer pour être “multitâches” (mails, téléphone, sms, internet, collègues… vous connaissez).

On apprend au passage qu’être “multitâches” n’améliore pas la performance car chaque tâche s’accomplit de manière superficielle, en mode dégradé.

Dans ces conditions, il est bien difficile de lire, et plus encore d’écrire.

Écrire est comme faire la cuisine, en pire : s’il faut une heure pour élaborer un plat qui sera consommé en quelques minutes, il en faut jusqu’à trois pour ciseler une page qui sera lue encore plus vite. Et l’écriture demande infiniment plus de concentration que la cuisine. À chaque interruption, il faut produire un effort pour réchauffer son flux créatif, retrouver le fil de son raisonnement.

Si vous avez éprouvé cela, vous savez ce que vous gagnerez à demander à un rédacteur de confiance de vous prêter sa plume.

  • Il vous suffira d’exprimer oralement vos idées. Trente minutes d’échange avec votre rédacteur peuvent replacer trois bonnes heures d’écriture.
  • En entretien, et non pas seul face à votre écran, vous ne serez ni dérangé ni tenté de faire autre chose. 
  • Enfin, le dialogue stimule la pensée créative, fait naître les idées.

Le prêt de plume vous offre une plage de concentration très productive : profitez-en !